© REGIS DOMERGUE
Terre de rencontres

Portrait de passionné

Cécile & Sébastien NAVECTH – Restaurant « La Safranière »

Retrouvez les portraits des passionnés du territoire de Mende.
Ils aiment Mende et aiment la raconter.
On espère qu’ils vous donnerons envie de la découvrir!

S.navecthS.navecth
Rencontrez Sébastien

Date et lieu de naissance :
Je suis né le 7 mars 1965 à Mende et de parents lozériens.
Nous avons ouvert le restaurant en 1995 et cela fait 23 ans que nous sommes installés à Chabrits.

Pourquoi avoir choisi le métier de la restauration ?
L’école n’avait que peu d’intérêt pour moi, aussi après la 2nde, j’ai décidé d’arrêter le lycée. J’aimais la cuisine et j’avais appris à apprécier des produits frais et de qualité. Par ailleurs, mon père étant assez manuel et m’ayant donné le goût de faire les choses soi-même, je me suis dirigé vers la restauration.


Quelles formations avez-vous suivi ?
Je suis parti faire un apprentissage à Paris, en alternance entre le Dodin Bouffant et l’école Ferrandi. J’y ai appris les bases de la cuisine pendant deux ans avant d’intégrer le restaurant parisien de M. Le Divellec qui proposait des plats à base de poisson. J’ai poursuivi ma formation sur la région lyonnaise, auprès de M. Alain Chapel. Cette rencontre m’a marqué, inspiré et me guide encore actuellement dans ma cuisine.

Puis, j’ai découvert une cuisine méditerranéenne sans fioriture à base d’huile d’olive dans le restaurant de l’Enoteca Pinchiorri, à Florence en Italie. J’ai voyagé jusqu’à Hong-Kong et j’y suis resté pendant deux ans comme chef pour y faire une cuisine européenne et appréhender par ailleurs une certaine cuisine asiatique qui influence quelques-uns de mes plats.

Cécile est autodidacte, elle s’est formée avec la pratique et les conseils d’amis professionnels. Elle intervient seule en salle pour accueillir, présenter les plats, servir et conseiller les clients pour les accords mets et vins.

Qu’est-ce qui vous guide dans votre cuisine ?
Ma cuisine est simple mais soignée, ici le produit est roi. Ce que je recherche avant tout c’est le mettre en valeur sans le dénaturer, ni le noyer sous d’innombrables saveurs. J’agrémente mes recettes des influences Asiatiques et Italiennes entre autres que j’ai découvert lors de mes voyages. Notre mot d’ordre c’est de « satisfaire le client et lui procurer du plaisir ».


Travaillez-vous avec les produits du terroir ?
Oui, je me fournis le plus possible auprès de plusieurs producteurs locaux. Par exemple pour les légumes, je fais appel à Mme

Laurence BOUVIER, à Montbrun. Je prends mon gibier chez M. Yves Trémoulet, à Chaudeyrac et je commande mes truites à la pisciculture de Florac. Pour les fromages, nous avons un plateau qui fait la part belle aux fromages lozériens. Quant au choix des vins, nous proposons en grande partie des domaines régionaux qui s’accordent bien avec les mets que nous servons.

Pour moi la Lozère

S C.navecthS C.navecthS C.navecth

La Lozère offre des paysages très variés et une qualité de vie que nous apprécions.
Après mes pérégrinations aux quatre coins du monde, je souhaitais m’installer ici et faire découvrir ma cuisine.
La Lozère nous a paru idéale pour allier la vie de famille et le métier de restaurateur. Aujourd’hui, parents de 5 enfants nous ne regrettons pas notre choix.

Sébastien Navecth